Documents pour «Portrait»

Voyage autour de ma chambre

De Olivier Smolders

25min53

Retiré dans sa chambre, un cinéaste parle des territoires et des voyages, réels ou imaginaires, qui l'ont fait ou qui l'ont défait. A partir d'images récoltées au fil des années, Voyage autour de ma chambre interroge d'une façon poétique la difficulté de chacun à trouver sa juste place au sein du monde.

Nyarma

De Edgar Bartenev

40min21

Gosha est un jeune fermier de 17 ans, qui, malgré son âge, est déjà propriétaire d'un élevage de rennes assez important, dans l'Oural.

Paris-Orléans, carnet de route d'un banlieusard

De Olivier Comte

1h00min03

Je veux relier Paris à Orléans en suivant à pied, le tracé de l’ancienne voie romaine. Un carnet de voyage au jour le jour, de la banlieue parisienne aux horizons de la Beauce, pour découvrir ces lieux oubliés de l’entre ville. Rencontrer ces riverains et consommateurs, maraîcher ou routier. Mais aussi historien, géographe ou philosophe habitant sur notre chemin, afin de nous éclairer sur le passé ou les raisons de cette route. Comprendre ces paysages, qui ne sont jamais que le reflet de notre société et de notre modernité.

Zéro degrés, l'infini

De Gilles Delmas

52min01

Ce film documentaire nous fait découvrir et suivre le processus de création de deux chorégraphes de renommée internationale, Sidi Larbi Cherkaoui et Akram Khan, leur contact, leur origine, leur sensibilité, leur envie de créer ensemble un spectacle intitulé « 0° », pour le Théâtre Sadler’s Wells à Londres. Le documentaire sur la création du spectacle « 0° » est une introspection de l’art, de la chorégraphie, des corps, des hommes, et de la religion.

Nature morte Tabiaah Samitah

De Akram Zaatari

11min51

Deux hommes – l’un des deux, âgé et rabougri, l’autre, jeune et au visage enfantin – sont assis dans la lumière bleue de l’aube. L’un assemble des explosifs, l’autre raccommode le revers d’une veste. Des coupures de courant ralentissent le travail des hommes. Tel un père qui aiderait son enfant, le vieil homme déplace une lampe à gaz de façon poignante pour que le jeune homme puisse voir plus clair. Akram Zaatari éveille l’émotion tout en démantelant les stéréotypes de la résistance, de la terreur et de la violence. Réalisé pour l'exposition "Les Inquiets," Centre Georges Pompidou

Notre enfant, notre bataille

De Réjane Gonin-Varrod

52min28

Armand a 9 ans. Pierre en a 25. Tous les deux sont atteints d’une forme d’autisme sévère et vivent aujourd’hui entre une institution spécialisée et le domicile familial. Pour leurs parents, la question de l’avenir se pose tous les jours...

18 ans

De Frédérique Pollet Rouyer

23min25

L’arrivée de ses dix-huit ans déclenche chez Morgane des sentiments contradictoires. Une sensation très forte de liberté d’un côté. De l’autre, le regret de l’enfance qui s’en va et, avec elle, l’espoir de pouvoir un jour compter sur sa mère. Morgane ressent beaucoup de dépit et de tristesse. Elle se fait du mal. En même temps elle n’a qu’une envie, c’est d’avancer dans sa vie.

Le Puits El Bi'r

De Béatrice Dubell

1h23min17

Le film revient sur la période de la guerre d'Algérie, à Lyon. Il fait revivre cette ville des années cinquante, du point de vue des Algériens et des Français engagés à leurs côtés dans la lutte pour l'indépendance. Ce voyage dans le passé s'effectue à travers l'évocation d'un absent, l'abbé Carteron, personnage discret mais central de cette résistance anti-coloniale à Lyon, surnommé par les Algériens "El bi'r", c'est-à-dire "le puits", l'homme des secrets bien enfouis.

Donner le jour

De Martin Verdet

1h11min35

"Les signes de vie et de mort s'entremêlent au sein d’une écriture cinématographique qui s’invente. L'expression dit : « faire son deuil ». Ce film nous révèle que c'est d’abord le deuil qui nous fait." « Le film de Martin Verdet, Donner le jour traverse ce temps qui, de la mort de sa mère à la naissance de son fils, emmêle jour après jour, la matière du deuil à la matière de la vie. Ce film est un film rare, rare par l’émotion qu’il provoque, la qualité de cette émotion qui toujours se nourrit d’une élaboration formelle, d’un travail sur la forme dont la beauté nous saisit d’emblée comme énigme et comme révélation. Fragments de temps, fragments qui puisent, dans la poésie invisible du quotidien, la densité de chaque instant, la densité du monde, cette opacité du Réel, ce que nous ne pouvons pas dire, ce qui nous échappe infiniment… Ce que, par l’art seulement, nous croyons saisir, entrapercevoir, dans la fulgurance d’une forme que rencontre une émotion. Ce qui nous atteint tous, pour peu que nous acceptions de nous y abandonner, tant cela touche au plus intime, au plus archaïque, à l’endroit même où se tissent en nous la vie et la mort. »

Nounours

De Benoît Legrand

54min42

Film pris sur le vif, résultat d'un entretien impromptu, fruit inattendu teinté d'amertume. Nounours est un personnage qui parle de choses dures et sérieuses. Parce qu'il y a du feu dans ses yeux, on peut être tenté de le suivre. Enfance en foyer, loi de la rue, errance et conneries. On peut aussi le comprendre, mais c'est plus difficile, on ne s'explique jamais vraiment que les enfants soient violents.

Le soldat inconnu vivant

De Joël Calmettes

46min02

Pendant tout l'entre-deux-guerres, un homme fascine l'opinion. Sa photo fait régulièrement la une des journaux. Il inspire des écrivains, des dramaturges et des cinéastes : Giraudoux, Drieu la Rochelle, Anouilh, etc. Son nom : Anthelme Mangin. Son surnom : "Le Soldat inconnu vivant". Son histoire : celle d'un soldat qui en 1918 revient amnésique d'un camp de prisonniers en Allemagne. À peine son existence est-elle révélée qu'elle rencontre immédiatement la douleur de trois cent mille familles de disparus de la guerre qui n'arrivent pas à faire leur deuil... Par dizaines, des femmes, des mères, des pères, des frères, des sœurs, des enfants, vont le reconnaître comme étant des leurs. Au mépris de son physique, de son âge, de son éducation... C'est à coups de procès qu'une dizaine de familles vont essayer d'obtenir sa reconnaissance. Seule la deuxième guerre mondiale viendra interrompre ces procédures... Baladé d'asile en asile pendant toutes ces années, c'est à Sainte-Anne, seul et abandonné de tous, qu'il s'éteindra en 1942... Mangin, au milieu des années folles, est une sorte de mort-vivant, un spectre qui hante les consciences. Sans jamais s'exprimer. Sans porter de jugement. Sans rien réclamer.

Rivers and tides

De Thomas Riedelsheimer

1h30min15

Un documentaire sur l'artiste sculpteur Andy Goldsworthy, qui consacre son oeuvre depuis 25 ans à travailler dans la nature où il puise ses matériaux.