Cinéma

Parcours du catalogue par genre

  • Genres Documentaire Documentaire
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 109
  • 110
  • 111
  • »

L'ordre règne à Simcaville

Catherine Moulin

29min06

Tourné en mai 1968, ce film rassemble des documents réunis par un groupe de cinéastes et d'ouvriers pour illustrer les conditions de vie et de travail dans une grande usine française de construction automobile.

La reprise du travail aux usines Wonder

Liane Estiez-Willemont

10min48

e film montre les ouvriers de chez Wonder qui, le matin du 9 juin 1968, viennent de voter la reprise du travail, après trois semaines de grève. Une jeune femme refuse de rentrer. Elle crie : "Je ne rentrerai pas, non je ne rentrerai pas", "Je ne veux plus refoutre les pieds dans cette taule dégueulasse". Autour d’elle, des ouvriers s’attroupent. Les délégués syndicaux, artisans de la reprise, s’approchent et tentent de la calmer. Un étudiant de passage met de l’huile sur le feu. Il n’en fallait pas plus pour que ce plan séquence devienne un des classiques du cinéma direct.

Cléon

De Alain Laguarda

27min28

L'usine Renault de Cléon, l'une des usines les plus modernes en Europe pour la contruction automobile fut la première usine à se mettre en grève en Mai 68. Ce reportage propose, au travers d'images d'archives, de se rémémorer l’occupation de l’usine, les espoirs des ouvriers et les contradictions.

Les enfants des mille jours

Claudia Soto Mansilla

1h30min15

Pour tuer l’expérience inédite des « mille jours » de l’Unité populaire du gouvernement Allende, une dictature féroce menée par Pinochet a été nécessaire. Quel était le danger ? Que s’est-il passé pendant ces trois ans si occultés de l’histoire chilienne ? Certains de ceux qui ont accompagné Salvador Allende dans cette aventure racontent l’espoir et l’engouement du rêve socialiste mais aussi les difficultés et la lutte pour plus d’égalité et de partage face à la cruauté libérale.

Entretien avec Bruno Forzani et Hélène Cattet

De Frédéric Ambroisine

14min12

Entretien avec Bruno Forzani et Hélène Cattet, des cinéastes belges au style très singulier, fortement influencés par le cinéma de genre italien. Leur 3ème long-métrage "Laissez bronzer les cadavres" (après "Amer" et "L'Étrange Couleur des larmes de ton corps"), adapté d'un polar des écrivains français Jean-Patrick Manchette et Jean-Pierre Bastid, a été projeté en octobre 2017 au Sitges Film Festival (Festival international du film de Catalogne). Rencontre avec un duo atypique et passionné du cinéma de genre européen qui décoiffe.

Nouvelle société n°7 - Augé découpage

De Groupe Medvedkine de Besançon

10min46

Dans une usine de contacteurs électroniques, les conséquences sur la vie des ouvriers, de la pression des grandes entreprises sur les petites : les cadences s’accélèrent, la tension monte, les accidents deviennent plus fréquents et plus graves : un ouvrier perd sa main dans une presse.

Hôpital au bord de la crise de nerfs

Stéphane Mercurio

51min43

Janvier 2003, hôpital de Gonesse, en banlieue parisienne. Restrictions budgétaires, limitation d’accès aux professions de santé ont entraîné la fermeture d’une cinquantaine de lits désorganisant ainsi le fonctionnement de l’hôpital. Le film nous plonge dans l’univers souvent absurde – et même cocasse – dans lequel se débattent les héroïques acteurs de l’hôpital – personnel soignant et administratif – pour que "ça fonctionne" envers et contre tout.

Sans principe ni précaution : le distilbène

Stéphane Mercurio

59min26

160 000 "enfants distilbène", dont 80 000 femmes, qui ont les pires difficultés du monde à avoir des enfants : tel est le bilan de la prescription, à partir des années 40 et jusque dans les années 70, du distilbène. Médicament "miracle", cette hormone de synthèse était censée éviter les fausses couches. Or, ses conséquences se sont révélées dramatiques. Ce film retrace l'histoire de ce désastre. Il croise les itinéraires de plusieurs femmes avec le rôle des médecins, des laboratoires et des pouvoirs publics. Il y est question de pensée dominante, d'intérêts économiques, de solidarité de corps, de culpabilité aussi... Car, si elle est moins médiatique que celle du sang contaminé, l'affaire du distilbène affecte encore aujourd'hui de nombreuses femmes qui ont de grandes difficultés pour devenir mères et dont la souffrance n'est ni comprise ni reconnue.

Nouvelle société n°6 - Biscuiterie Buhler

De Groupe Medvedkine de Besançon

09min21

Une petite fille dont la mère travaille à la biscuiterie Bulher et le père est routier, raconte sa vie. Une vie familiale désagrégée par le travail. Le monde des travailleurs vu à travers les yeux de leurs enfants.

A côté

Stéphane Mercurio

1h32min06

Des femmes qui attendent, qui se font belles, qui se remontent le moral, qui craquent parfois, mais espèrent toujours. Dans la petite maison de l’association Ti-Tomm, accolée au mur de la prison des hommes à Rennes, on attend l’heure du parloir. Les familles arrivent à l’avance, toujours. Quelques secondes de retard, et la porte de la prison restera fermée. On vient une, deux, trois fois par semaine, chaque semaine, pendant des mois voire des années. Ce sont majoritairement des femmes ; ces pénélopes des temps modernes vivent au rythme de leur homme à l’ombre. Le temps est suspendu, la vie comme arrêtée. L’arbitraire de la prison, les transferts, les interdits sont leur quotidien. En faisant le choix de rester résolument « à côté » de la prison - du côté des familles - le film propose paradoxalement une approche éminemment frontale de ce qu’est la réalité carcérale. La prison en creux. La vie sans l’autre. Mais sûrement pas à côté de la vie.

Ex-Moulinex, mon travail c'est capital

De Marie-Pierre Bretas

1h28min14

En juillet 1997, le site "Moulinex" de Mamers dans la Sarthe ferme ses portes. Nicole, Pascale, Josiane, Maurice et Dominique ont tous travaillé plus de 20 ans dans l'usine. Du jour au lendemain tout bascule. Les uns et les autres doivent faire face à des situations qu'ils ne connaissent pas : chômage, reclassement, mutation. Leur innocence est de force. Dans leurs nouveaux parcours, tous les cinq ont des exigences et ils refusent les "On ne peut rien faire".

Septembre chilien

De Théo Robichet

40min14

Compte-rendu à chaud des journées qui ont suivi le coup d’état du général Pinochet. À Santiago la peur se lit sur les visages. Des militants de l’Unité populaire osent cependant parler, ébauchent des explications, font part au monde de leur détermination. Les obsèques de Pablo Neruda donnent lieu à la première manifestation contre le régime.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 109
  • 110
  • 111
  • »