Documents pour «Congo»

Ech War Am Congo (VOSTF) Ma vie au Congo

De Paul Kieffer

59min13

Entre 1880 et 1960, des centaines de Luxembourgeois sont allés s'installer au Congo belge, les uns pour quelque temps, les autres pour toujours. Le film évoque brièvement les grands repères chronologiques dans l'histoire du Congo belge, mais l'essentiel du commentaire est fourni par huit de ces anciens coloniaux qui évoquent les souvenirs de leur séjour en Afrique, notamment dans les années 50. Ils racontent pourquoi ils sont partis, le voyage et le premier contact avec le Congo, leur travail dans la colonie, la vie de famille, les relations avec les Africains et finalement les révoltes et, pour la plupart d'entre eux, le départ précipité au moment de l'Indépendance. Les témoignages de ces huit personnes sont illustrés exclusivement par des images qu'eux-mêmes ou d'autres Luxembourgeois ont tournées au Congo dans les années 1950.

Ech War Am Congo (VO) Ma vie au Congo

De Paul Kieffer

59min17

Entre 1880 et 1960, des centaines de Luxembourgeois sont allés s'installer au Congo belge, les uns pour quelque temps, les autres pour toujours. Le film évoque brièvement les grands repères chronologiques dans l'histoire du Congo belge, mais l'essentiel du commentaire est fourni par huit de ces anciens coloniaux qui évoquent les souvenirs de leur séjour en Afrique, notamment dans les années 50. Ils racontent pourquoi ils sont partis, le voyage et le premier contact avec le Congo, leur travail dans la colonie, la vie de famille, les relations avec les Africains et finalement les révoltes et, pour la plupart d'entre eux, le départ précipité au moment de l'Indépendance. Les témoignages de ces huit personnes sont illustrés exclusivement par des images qu'eux-mêmes ou d'autres Luxembourgeois ont tournées au Congo dans les années 1950.

Ébola, ce n'est pas une maladie pour rire

Fred Brunnquell

55min39

Comment parer à une urgence médicale tout en respectant les coutumes et les croyances d'une population ? Et comment sensibiliser des familles en détresse aux dangers d'un virus meurtrier ? Retour au Congo sur les lieux d'une épidémie effrayante.  Ebola : un virus redoutable qui tue 85 % des personnes infectées. En 2003, l'épidémie de fièvre hémorragique dont il est le responsable a fait cent cinquante-sept victimes, dans les villages isolés du nord du Congo, avant d’être contrôlée.  C’est dans cette région, à plusieurs journées de piste de la capitale Brazzaville, que la caméra de Frédéric Brunnquell entraîne le téléspectateur, quatre ans après la catastrophe, "pour comprendre comment une épidémie foudroyante bouleverse une société et donner la parole à des gens qui n'existent habituellement que sous la forme de statistiques dans les bulletins épidémiologiques".  Mais, sur place, rien n'a changé et les langues ne se délient pas facilement. Les habitants pensent toujours que le virus est une arme utilisée par de puissants sorciers pour les tuer. L'évocation même de la maladie risque d'attirer le mauvais sort.  L’arrivée des Blancs ravive les mauvais souvenirs, d’autant plus que l’équipe médicale venue combattre l’épidémie en 2003 a été accusée, tout comme les soignants et les bénévoles de la Croix-Rouge locale, de répandre la maladie.  Devant le fossé des cultures et l'incompréhension de la population - qui ont coûté la vie à quatre personnes considérées comme des sorciers et lynchées -, l’OMS avait fait appel à un anthropologue pour essayer d'adapter les pratiques médicales aux coutumes des autochtones.  Pendant toute la durée de son séjour, le Dr Alain Epelboin n’a jamais cessé de filmer. Ce sont ses images qui permettent de revenir en arrière, de replonger dans le contexte douloureux et terriblement complexe de l’époque, de comprendre les peurs et les motivations des villageois, mais aussi de suivre le travail délicat des soignants. Les films du chercheur donnent également la possibilité aux bénévoles africains de s'exprimer, d'affirmer leurs convictions, de se rassurer sur le bien-fondé de leur action, eux qui sont encore aujourd'hui confrontés chaque jour à l’hostilité de ceux qu’ils ont contribué à sauver.  Images Alain Epelboin & Frédéric Brunnquell Son Michel Thoret & Alain Epelboin Montage Anne-Marie Sangla Etalonnage Bertrand Dargent Mixage Cristinel Sirli Assistants vidéo  Jeremy Laval & Pierre sudre Remerciements - Les acteurs du film et la population de la Cuvette ouest du Congo - Les volontaires de la Croix-Rouge congolaise - Les autorités régionales congolaises - Le CNRS MNHN Paris - Le Ministère de la santé congolais - OMS Afro - OMS Congo - OMS Genève - Le réseau international anthropologique de réponse aux FHV Les images des épidémies de fièvre hémorragique à virus Ebola sont extraites des films « Ebola au Congo 2003 »  www.ecoanthropologie.fr Direction de la Production Isabelle Fuhrmann & Nadia Lhassen Attachée de presse Capa Michèle Sebbag Producteur Exécutif Jean-Paul Billault Producteur Délégué Hervé Chabalier Une production CAPA avec la participation de France 5 Unité documentaires Carlos Pinsky Hervé Guérin Philippe Le More et le concours du Centre National de la Cinématographie © CAPA – mai 2007

Au bord de l'Oubangui (1988)

François GAULIER

12min11

Scènes de la vie quotidienne d'enfants pygmées qui vivent au bord de l'Oubangui, en République centrafricaine. Sur les rives du fleuve, femmes et enfants s'adonnent à leurs activités : bain, toilette, travaux domestiques, jeux. Dans une bananeraie aka, à proximité du cours d'eau appelé Gouga, la caméra observe le comportement d'une petite fille pygmée prépubère au sein de sa famille : partage d'une papaye, absorption d'eau et de comprimés contre les maux de ventre, toilette, chants et danses polyphoniques, consommation de tabac. A l'école de Sakabo, la rentrée des classes donne l'occasion aux enfants pygmées et villageois de se rassembler, de faire de la gymnastique et de chanter l'hymne national. Générique Auteurs - Réalisateurs : EPELBOIN Alain (LACITO, UPR CNRS, Paris) et GAULIER François Conseillers scientifiques : AROM S., BAHUCHET S. et THOMAS J.M.C. (LACITO, UPR CNRS, Paris) Production : CNRS AV, CNRS-LACITO, La Cathode Vidéo

Spectres

De Sven Augustijnen

1h44min22

Cet essai cinématographique évoque l’une des pages les plus sombres de la période de décolonisation du Congo belge : l’assassinat de Patrice Lumumba, le premier Premier Ministre élu démocratiquement au Congo. Cinquante ans après son assassinat, Patrice Lumumba revient hanter la Belgique. À travers des rencontres, des commémorations et un retour sur les lieux, un haut fonctionnaire belge, Jacques Brassinne de la Buissière, qui fut présent à Élisabethville ce jour sanglant du 17 janvier 1961, tente de conjurer les fantômes du passé. Outre le film, l’exposition présente différents objets qui proviennent des archives personnelles de Brassinne :  des photographies des années ’60 et ’80 de diverses expéditions vers les ‘véritables’ endroits d’exécution, des publications de Brassinne sur le sujet, des objets historiques et des fragments sonores.

Chaos au Congo

De Patrick Forestier

22min07

Les combats ont repris depuis fin août dans le Nord-Kivu entre l'armée Congolaise et les rebelles du Général Laurent Nkunda. Soutenu par le Rwanda voisin, il se présente comme un défenseur de la communauté congolaise tutsi. L'offensive de son mouvement le CNDP, le Congrès National pour la Défense du Peuple, a mis en déroute les Forces Armées de la République démocratique du Congo, menant ses bataillons aux portes de la capitale régionale Goma. L'ONU et ses 17 000 hommes semble impuissante à s'interposer pour maintenir la paix dans cette région où plus d'un million et demi de personnes ont été jetées sur les routes, s'entassant dans des camps de réfugiés. Dans les zones de combats, les hôpitaux ne comptent plus les femmes et les enfants blessés par balles. Le CNDP se serait notamment rendu coupable de crimes de guerre en assassinant des civils dans la bourgade de Kiwanja. Aujourd'hui le général Nkunda menace de marcher sur la capitale Kinshasa pour renverser le gouvernement de Joseph Kabila, qui menace de faire appel à son allié angolais. La région des grands lacs est à nouveau au bord de l'embrasement.

Congo - Un combat pour la vie

De Patrick Forestier

51min38

Christine et Karl Shuller vivent au Congo, un pays marqué par dix ans de guerre. Malgré le danger, ils n’ont jamais quitté Bukavu, à la frontière avec le Rwanda. Depuis le génocide des Tutsis au Rwanda, en 1994, la région n’a jamais connu la paix. S’ils ont choisi de rester dans ce chaos, c’est parce qu’ils mènent un combat pour la vie. Karl se bat pour la préservation des gorilles des plaines orientales aujourd’hui en voie d’extinction, quant à Christine, elle tente de prendre en charge les milliers de femmes violées qu’elle a recensées dans la région. «Nous avons enregistré près de 10 000 cas de viols, affirme Christine. Les victimes sont âgées de 18 mois à 84 ans. On y dénombre des viols rituels. Violer des bébés ou de très vieilles femmes donnerait des forces surnaturelles… », affirme Christine. « Avec le sida, nous assistons à la création d’une bombe à retardement…Je me dis toujours que c’est l’enfer au paradis, et que si le diable est descendu sur terre, il a commencé par chez nous » ajoute-t-elle. Un film qui dénonce les massacres qui se perpétuent dans une guerre oubliée de la communauté internationale.